you_tube Newsletter Flux Rss Facebook

 
Vue Mer

Vous êtes ici : Accueil / Culture / Centre du patrimoine / Les dossiers du patrimoine / Recettes niçoises

Recettes niçoises

La gastronomie n'est pas un vain mot à Nice

La renommée gastronomique de NICE, dans le monde, n’est pas dûe au hasard. Le verger niçois est le plus merveilleux, les primeurs y durent six mois. La région est une zone d’élévage, un centre fermier de fromage, un vivier de poissons, et un des premiers centres vinicoles français. NICE est la seule grande ville à posséder un cru d’appellation controllée, qui est aussi le plus ancien cépage du monde : le Vin de Bellet, rouge, blanc et rosé. Sa production annuelle est d’environ 50.000 bouteilles par an, très recherchées.

Sur les marchés, les producteurs locaux viennent vendre leurs produits frais. C’est là que s’approvisionnent les restaurants. Nombreux sont, aujourd’hui, les cuisiniers français de réputation internationale, et les jeunes chefs qui ont choisi NICE.
En effet, la Côte d’Azur compte le plus grand nombre de restaurants "3 étoiles" au mètre carré.

Mais, la cuisine niçoise peut se déguster à tous les prix, que ce soit dans un cadre sophistiqué et luxueux ou dans les ruelles typiques du Vieux-Nice. Elle a su conserver toute son identité, dans la plus pure tradition .

Quelques spécialités incontournables ; la socca, la pissaladière, la tourte de blettes, le pan-bagnat, les farcis, la ratatouille, les tripes niçoises, les sardines farcies, la salade niçoise, les raviolis à la niçoise, le stockfish, la bagna cauda, les gnocchis, les beignets de fleurs de courgettes, etc...


Les beignets de fleurs de courgettes

La recette des beignets de fleurs de courgettes.

Les farcies niçois

La composition de la farce est différente suivant les légumes farcis
Temps de préparation: 30 mn / cuisson au four: 30 minutes.

Les Ganses

"Li Gansa Nissardi"

 

A l’occasion de Mardi gras, on se régale de gaufres, beignets, bugnes, et autres spécialités pâtissières avant le jeûne du Carême. Si les recettes varient à l’infini, dans le Comté de Nice, les ganses sont à notre Carnaval, ce que les crêpes sont à la Bretagne, une gourmandise incontournable qui se déguste sur le pouce de 7 à 77 ans !

Le pan bagnat

Le pan-bagnat est un succulent casse-croûte ou encore le hors d’oeuvre d’été idéal ; Il réunit tous les ingrédients de la salade niçoise dans un pain de campagne rond dont les deux moitiés sont imbibées d’huile d’olive. Il peut aussi bien être préparé dans n’importe quel pain.

La socca

Cuite de préférence au feu de bois dans une tourtière de cuivre, la socca est le casse-croute des travailleurs le matin, l’en-cas des promeneurs à toute heure de la journée. Elle se déguste volontiers accompagnée d’un verre de vin rosé bien frais.

Elle se vend sur les marchés, le matin, par des vendeurs ambulants dont les grandes plaques de socca sont gardées au chaud ou par les petits troquets typiquement niçois aux tables et bancs de bois qui permettent de la déguster au quatre coins de la ville.

Aïoli

Pour 6 personnes :

Choux farcis

Li Capoun

 

Disciple d’Auguste Escoffier, chef Euro-toques, Grand cordon d’or de la cuisine française, Brigitte Autier, chef de L’Estocaficada, a repris l’affaire familiale en 1987. Cette Niçoise qui a appris à mettre anchois et olives en saumure avec sa grand-mère, nous propose une recette traditionnelle du haut-pays, idéale en ces temps de frimas.

Un reveillon niçois

Jouni Tourmanen et Marc Laville revisitent la cuisine du Comté à l’occasion des fêtes de fin d’année. Leur objectif : faire descendre la gastronomie dans la rue, briser les frontières, fusionner terroirs et tendances actuelles.


Fermeture bloc