Pour une expérience optimale
veuillez utiliser votre Smartphone en portrait

Pour une expérience optimale
veuillez utiliser votre Smartphone en portrait

Exposition - Villa Les Palmiers - Une deumeure d'hivernants à l'ouest de Nice

La Villa des Palmiers

Grâce à cette exposition, venez à la découverte d'une demeure d’hivernants à l’ouest de Nice, inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques et siège des Archives de la Ville de Nice depuis 1963 dont la façade toute en marbre de Carrare, fait la plus belle villa d’apparat conservée à Nice, témoin de la villégiature britannique du XIXe siècle.

Du 06/02/2019 au 07/06/2019

Laissez-vous conter l’histoire de cette demeure construite entre 1872 et 1878 par l’architecte niçois Biasini pour le compte du riche marchand d’art britannique Ernest Gambart.

Le temps d’une visite, profitez de la décoration intérieure néo-rococo et des jardins dessinés dans l’entre-deux-guerres pour son dernier propriétaire, Edouard Soulas (1863-1943).

Il était une fois…l’architecte Sébastien-Marcel Biasini (1841-1913)

Quand Ernest Gambart décida d’édifier la villa Les Palmiers, il fit appel à un jeune niçois, revenu s’installer dans sa ville natale en 1868 après être monté à Paris pour y faire ses études d’architecture à l’École des Beaux-arts avant d’être nommé inspecteur des travaux de l’Exposition Universelle de Paris en 1867. Face au marchand d’art réputé dans toute l’Europe, l’architecte et homme d’art exécuta la volonté de son commanditaire, épris d’architecture palladienne.

Ce chantier pharaonique fit sans doute décoller sa carrière et on lui doit ensuite des villas pour nombre d’hivernants illustres, à l’instar de la villa Villemessant pour le directeur du journal Le Figaro sur la Promenade des Anglais, immeubles de rapport – comme celui construit pour la famille Gilly au début de la rue Barla – et immeubles commerciaux : Athéneum sur l’actuel boulevard Victor-Hugo, Crédit Lyonnais sur l’actuelle avenue Jean-Médecin, L’Alhambra, hôtel d’inspiration mauresque au boulevard de Cimiez. Son œuvre phare demeure l’Excelsior-Régina à Cimiez (1896). Il collabora également à l’édification du château de Valrose, dressant les plans des deux tours de sa monumentale porte d’entrée sur l’avenue Prince-de-Galles.

Il était une fois…un des nombreux propriétaire Édouard soulas (1863-1943)

 

La famille d’Édouard Soulas, né à Grabels (Hérault) en 1863, émigra dans les années 1880 vers l’Argentine où le père, boucher, devint marchand de viande. (…) À sa suite, Édouard fit fortune dans le commerce de viandes en Argentine. Fortune faite, il revint en France au début du XXe siècle.

Arrivé à Nice, il fit de fructueuses opérations immobilières entre 1906 et 1937, dans le cadre du lotissement du « Domaine Gambetta » sur l'ancien domaine du château du Piol : Buenos Ayres-Palacio et villas aux prénoms féminins édifiées par l’architecte Cuggia. 

En octobre 1924, il fit l’acquisition de l’ancienne propriété Falz-Fein à Fabron pour la somme de 2,201 millions de francs. Les travaux décoratifs qu’il y mena sont de la même veine que ceux de Céleyran où il mourut le 18 avril 1943.

Malheureusement, son fils Santiago fut victime trois mois plus tard à Buenos-Aires d’un accident de voiture, laissant deux enfants (…). Le colossal héritage des Soulas en France et en Argentine resta indivis jusqu’au trentième anniversaire du jeune Édouard, en 1951, qui hérita de la villa Les Palmiers. La demeure servit alors de décor à diverses réceptions et tournages de films (Lola Montès, Cela s’appelle l’Aurore, etc.) avant d’être vendue, en 1956, à un promoteur d’Oran, Henri Cantié.

En 1958, les bâtiments de la résidence « Les Grands Cèdres » commencèrent d’encercler la villa, cédée à la Ville de Nice laquelle, en 1963, y installa ses Archives municipales.

Autour de l’exposition

Visites commentées et ateliers grand public

Visite commentées de l’exposition, de la villa (accès au salon chinois, à la loggia, aux  magasins de conservation)

Venez avec vos enfants ! Jeu de piste dans le bâtiment à partir de 7 ans

  • vendredi 15 mars à 14h30
  • lundi 8 avril à 14h30
  • mercredi 5 mai à 14h30
  • Mercredi 29 mai à 14h30

Durée : 1h30

Sur inscription par téléphone au 04 93 86 77 44 ou par mail archives@ville-nice.fr

Zoom sur Les Archives Nice Côte d’Azur

Elles abritent la mémoire locale et témoigne du riche passé de notre cité. Des dizaines de milliers de documents y sont entreposés grâce à des générations d’archivistes œuvrant minutieusement, depuis le XIIe siècle, à les collecter, les classer, les conserver et les communiquer. Tout au long de l’année, ce patrimoine d’encre et de papier est à votre disposition à la Villa Les Palmiers dit aussi le « Palais de Marbre », en salle de lecture ou à travers de multiples expositions, lectures ou ateliers tout public.

Les archives en chiffres

  • 1176 : la date du plus ancien document des Archives : charte de privilèges accordés par le comte de Provence à la population niçoise.
  • 8km : la longueur totale de linéaires de documents
  • 21.60 m : la taille du document le plus long conservé : confirmation des privilèges de la Ville (1340-1554)
  • 43500 : le nombre d’ouvrage de bibliothèque, de titres de presse et revues

 

Infos pratiques

TAGS :exposition