Pour une expérience optimale
veuillez utiliser votre Smartphone en portrait

Pour une expérience optimale
veuillez utiliser votre Smartphone en portrait

Matisse en ses murs

Matisse en ses murs

Un nouvel accrochage des collections

Du 08/07/2017 au 13/10/2017

Légende du visuel : Henri Matisse peignant, atelier du cours Saleya, vers 1927, Archives Henri Matisse (DR)

Vernissage > Vendredi 7 juillet 2017 à 18 heures

Pour les cent ans de l’arrivée de Matisse à Nice, le musée présente un nouvel accrochage qui rend hommage au lien entre la ville et l’artiste. Ce nouveau parcours éclaire la richesse d’une collection, fruit des donations successives de l’artiste et de ses héritiers à la Ville de Nice, qui offre un accès privilégié et unique à l’intimité de sa création.

Le musée renoue cette année avec l’entrée conçue par Jean-François Bodin en 1993, qui permet d’accueillir le public dans l’espace magistral déployé autour de la grande gouache découpée Fleurs et fruits et de la céramique de La Piscine, don de Claude et Barbara Duthuit à la Ville de Nice en 2013.

La salle « Matisse et Nice » racontera l’ancrage de l’artiste dans sa ville d’élection, ses ateliers et lieux de vie successifs, de la Promenade des Anglais jusqu’au Régina, à Cimiez.

Le nouvel accrochage s’attachera à révéler une œuvre constamment portée par le dialogue.

La « salle invité », renouvelée tous les trois mois, s’ouvrira avec Georges Rouault, alors que la salle dédiée au fauvisme soulignera l’échange avec Henri Manguin. Dialogue avec les cultures aussi, puisque tout au long du cheminement le visiteur pourra découvrir les sources extra-occidentales d’une création profondément humaniste.

Un parcours modernisé des collections

Dans la villa, l’espace d’exposition permanente se modernise.
Au-delà des œuvres présentées, la ligne directrice consiste à donner une forte présence à l’artiste lui-même et à son cadre de création.

La scénographie, imaginée par Jean-Paul Camargo, ponctue le parcours d’un important contenu informatif sur la vie et l’œuvre d’Henri Matisse.

La technologie du Sans-contact permet d’écouter les commentaires d’œuvres sur son smartphone, tandis qu’un parcours musical est à l’étude, en partenariat avec le Conservatoire à rayonnement régional de Nice.

L’audiovisuel entre dans le parcours avec des écrans sur lesquels seront notamment diffusées des séquences inédites montrant l’artiste au travail.

Des bornes d’écoute seront par la suite implantées diffusant des entretiens de l’artiste, permettant d’aller à la rencontre de Matisse au-delà des œuvres.

Cette rencontre avec l’artiste passant également par l’expérimentation, le musée Matisse souhaite intégrer à son parcours des collections une salle dédiée à la pratique artistique, composée d’un atelier pédagogique et d’un espace de pratique autonome, invitant à l’interactivité.

Les nouveautés du musée

Un nouvel accueil pour le musée

A l’occasion du redéploiement des collections, l’accueil du musée a été déplacé et renoue avec l’entrée conçue par Jean-François Bodin lors des travaux d’agrandissement de 1993.

Le public entre désormais par les grands escaliers extérieurs, proches du 164 avenue des arènes, et non plus par la villa ; il se trouve accueilli dans l’espace magistral déployé autour de la grande gouache découpée Fleurs et fruits et de la céramique de La Piscine, don de Claude et Barbara Duthuit à la Ville de Nice en 2013. Les deux sérigraphies Océanie, la mer et Océanie, le ciel ont été déplacées dans cet espace, ainsi que les sculptures des Dos II et Dos III.

 

 

Un nouvel accrochage des collections

Le nouvel accrochage des collections débute par la présentation du fonds photographique du musée dans l’espace d’exposition temporaire (niveau -1) à travers une sélection de vingt-six photographies, illustrant le travail de seize photographes au contact de Matisse.

La collection permanente du musée demeure présentée dans la villa, lieu d’exposition d’origine des donations fondatrices de Matisse et de ses héritiers à l’ouverture du musée en 1963.

La collection est présentée selon un accrochage à la fois thématique, - Dialogues, L’atelier, Michel-Ange au harem, Le sentiment d’espace, Jazz -, et séquentiel, - Débuts, Fauvismes et la dernière période de création avec la Chapelle du Rosaire de Vence.

Les nouveautés ponctuent le parcours :

  • dans la salle consacrée au fauvisme, le prêt de longue durée de la peinture Les Chênes-liège (1906) d’Henri Manguin, compagnon fauve de Matisse, vient compléter la collection,
  • dans la salle consacrée à la Chapelle du Rosaire de Vence, le généreux soutien de l’Association des amis du musée a permis le réencadrement et la présentation des deux maquettes en papiers gouachés découpés des chasubles vertes sur l’ensemble des treize de la collection.

Les nouvelles salles

Une salle consacrée au lien entre Matisse et Nice

A l’occasion des cent ans de sa découverte de la ville en 1917, le musée consacre une salle, Matisse à Nice, aux liens très forts qui unissent l’artiste à sa ville d’élection.
L’exposition de photographies et d’œuvres de la période, depuis les premiers séjours jusqu’à l’installation au cours Saleya puis au Régina, s’accompagne d’une présentation documentaire et iconographique, recensant les différents lieux de vie et de travail de Matisse et témoignant de leur influence particulière sur sa création.

Une salle « artiste invité »

Dans l’idée du dialogue permanent que Matisse établit entre les sources d’inspiration et les techniques, le nouveau parcours des collections consacre une de ses salles à un « artiste invité », en lien avec Matisse. Il peut être un artiste du passé, un contemporain de Matisse ou un artiste actuel, aussi bien qu’un écrivain, ou encore un praticien, lithographe, fondeur....

Ce dialogue avec d’autres créateurs permet de mettre la collection en résonnance par un éclairage documentaire, révélant la richesse du fonds du musée.

Georges Rouault, qui rencontre Matisse à l’Ecole des Beaux Arts dans l’atelier de Gustave Moreau à la fin du XIXème siècle, inaugure la série des « artistes invités ». La salle présente des œuvres de leurs années d’apprentissage et témoigne du parcours de ces deux artistes, considérés dans les années 1930 comme des figures majeures de l’art moderne français. Cette présentation est complétée de documentation, correspondances et photographies illustrant cet échange artistique.

Infos pratiques

TAGS :exposition